27 mai 2014

Clairvoyance de Jean-Paul Mourlon



Dans l'article « Chester Himes » de l'Encyclopaedia Universalis, Jean-Paul Mourlon écrit : « On revoit les deux inspecteurs dans Retour en Afrique (Cotton Comes to Harlem, 1963), et surtout dans L'Aveugle au pistolet (Blind Man with a Pistol, 1969). Mais dans cette dernière œuvre ils ne sont plus, à dessein, qu'un fil de liaison (leur enquête n'aboutira jamais) unissant de multiples intrigues sans rapports entre elles (escroqueries diverses, Black Muslims, démonstrations pacifistes), dont l'enchevêtrement même symbolise la confusion dans laquelle la communauté noire (l'aveugle du titre) se débat pour être elle-même face à l'Amérique blanche. »
C'est donc bien une stratégie de production de la confusion qui est à l'œuvre dans L'aveugle au pistolet. L'enchevêtrement systématique - et très ordonné - des chapitres en est le moyen principal (voir Le secret de fabrication de L’aveugle au pistolet). D'autres facteurs y contribuent : l’impression de déjà vu avec la répétition de séquences presque à l'identique, les fausses pistes, les quiproquos mystérieux (les X, les hommes au fez) donnent à L’aveugle au pistolet une tonalité fantastique.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ecrivez ici votre commentaire.